De la pratique, encore et toujours de la pratique.

0 Partages
De la pratique, encore et toujours de la pratique.
                 De la pratique, encore et toujours de la pratique.

 

Phrase résumé de l’article :

       Lart de bien parler n’est pas réservé à une petite élite talentueuse. C’est un art qui s’enseigne et s’apprend. Nous pouvons tous avec de la pratique et du sérieux devenir de bons orateurs. La maitrise de cet art grandiose nous aidera  dans tous les domaines de notre vie tant le talent oratoire est reconnu et admiré. Réveillez l’orateur qui est en vous, par de la pratique, encore et toujours de la pratique.

 

La pratique est la maîtresse de l’art

 

              « Je ne crains pas l’homme qui a pratiqué 1000 coups une fois mais l’homme qui a pratiqué un coup mille fois » dit le dicton. Derrière lui se cache une vérité profonde : la pratique est le maitre de l’art. Sans pratique, pas de savoir faire, sans savoir faire,  pas de talent, sans talent, pas de gloire .

Notre  culture occidentale valorise l’écrit. Dès l’école primaire, l’enfant écrit. Il doit écrire et encore écrire jusqu’aux dernières années d’enseignement supérieur et plus tard dans sa vie professionnelle.

L’oral est délaissé. A quoi bon, nous savons parler, pourquoi apprendre à parler ? Le langage n’est il pas le propre de l’homme ?

Chaque enfant a appris à parler en s’imprégnant des mots des autres, de sa mère d’abord, des siens ensuite, en écoutant, en répétant.

Et pourtant. La peur de répondre au professeur qui pose une question dont on connait la réponse, le trac d’aller au tableau réciter sa poésie ou de parler en public ne sont liés qu’à ce manque d’entrainement et de pratique. Je sais parfaitement parler mais étrangement, j’ai peur de faire ce que je sais parfaitement faire !!

L’art de bien parler repose sur  d’autres notions que celles du langage articulé. Être à l’aise à l’oral sous entend ne pas éprouver un trac paralysant, avoir des choses à dire,  savoir classer ses idées, d’avoir une bonne mémoire,  savoir convaincre, émouvoir et emporter l’adhésion. Cet art s’enseignait autrefois, il n’allait pas de soi. Il existait même un baccalauréat de rhétorique ; c’est dire l’importance qu’avait l’expression orale.

On nous a dégoutés de l’art oratoire en ne l’enseignant plus, pire, en cachant qu’il peut être enseigné et qu’il le fut. Enfin, en mettant en avant de beaux parleurs  professionnels brillants de  langue de bois, adeptes et inventeurs du politiquement correct, de l’art de ne rien dire. Leurs discours froids et mécaniques nous détournent de l’art du parler vrai. Pourtant, tous les tribuns et  les grands orateurs, les vrais, remuèrent les foules, surent enthousiasmer et fédérer.

La pratique est l’art des humbles.

          Être un bon orateur est indispensable pour qui veut réussir. Et ce, dans tous les domaines : Professionnel, mais aussi social et privé.

Comment ? Par de la pratique. Nous avons la chance d’avoir dans notre vie quotidienne de nombreux « cobayes » qui nous aideront grandement à progresser : le garçon de café, la caissière, le collègue, nos relations… Exerçons nous, chaque jour, à mieux parler. Cela, afin de rendre à chacun le pouvoir de ne plus se laisser manipuler par les mots des autres et renouer avec le talent merveilleux que possède chacun d’apprendre à  bien parler , à parler juste, à parler vrai.

La pratique est la clef de tout talent. Le cordonnier qui est bon dans son domaine ne l’est que par la pratique, que par la répétition d’un métier, d’un geste, mille fois répété. Le pianiste virtuose ne pratique pas moins la même recette, répéter, refaire encore et toujours.

L’orateur qui se désespère de ses mauvais résultats ne doit pas se décourager. Seule la répétition et la pratique feront de lui un bon orateur. Ses échecs, loin de l’éloigner de son talent ne feront que l’en rapprocher. Comment ? Toujours par la pratique.

Vingt fois sur le métier, remettez votre ouvrage.

          Nicolas Boileau, ce grand poète nous le rappelait « Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage, vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage ».  La pratique, loin d’être ennuyeuse et répétitive nous ouvre au contraire les portes de l’aisance, de la facilité. Un geste répété 1000 fois devient simple et naturel. Plus l’orateur s’exercera dans son quotidien a parler et  parler, meilleur il sera. Si de plus, comme tout bon orateur, il est aussi un grand lecteur, ses discours n’en seront que plus forts et percutants, nourris de ses lectures.

Plus il exercera son talent à débattre, discourir et convaincre, plus forts seront ses arguments, ses réparties, ses stratégies.

La pratique, loin de faire de nous des machines, nous libère. Elle rend naturel ce qui resterait laborieux si nous n’avions l’humilité, vingt fois sur le métier, de remettre notre ouvrage.

Fin

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez le ou commentez le.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0 Partages

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de