“Je n’aime pas ma voix.”

 

“Je n’aime pas ma voix, que faire ? “

Jean, Orléans

Réponse.

Jean,

Il serait bien que vous nous disiez ce que vous n’aimez pas dans votre voix. Sa hauteur, son timbre, son débit, ses intonations…. ?

La voix est constituée de nombreux paramètres et identifier ce qui vous déplait dans votre voix vous aidera grandement.

Sachez avant tout que nous sommes très nombreux à ne pas aimer notre voix.

Ce qui est assez surprenant car la plupart du temps, nous ne nous enregistrons pas et la connaissons assez peu.

Cicéron nous dit que « l’orateur doit désirer avoir une belle voix ».

Cette injonction nous donne de l’espoir.

Cicéron laisse entendre que la voix n’est pas figée, qu’il suffit de vouloir la rendre belle.

Et en effet, un travail est nécessaire afin d’améliorer sa voix.

Sachez avant tout que votre voix, organe de la parole, est une émission de sons produits par la vibration des cordes vocales au passage de l’air.

Votre corps a emmagasiné de nombreux souvenirs et expériences, les plus heureuses mais aussi les plus douloureuses. Cela se traduit dans votre voix qui restitue toujours une part d’émotion. C’est ainsi que souvent nous n’aimons pas notre voix car personne ne nous a jamais valorisé en nous disant qu’elle était belle.

Que faire ?

La voix dit beaucoup de nous. Mal placée, perchée trop haut dans les aigus, elle irrite et agace, apparait peu sérieuse et peu contrôlée. Trop en bas, trop dans le ventre, elle apparait grave et inerte. Rassurante mais peu dynamique. La nature aime l’équilibre, la juste note. Certains divisent la voix en trois : voix de tête, voix de gorge, voix de ventre. Ils ne parlent jamais de la voix de poitrine, de la voix du milieu, de la voix du centre et de l’équilibre.

D’où l’importance de vous détendre, de vous relaxer régulièrement.

La voix doit être placée, c’est-à-dire qu’elle doit être posée, équilibrée. Pour cela, il faut une posture adéquate, un dos bien droit qui laisse passer l’air et un débit équilibré, c’est-à-dire ne parler ni trop lentement ni trop rapidement. Nous parlons beaucoup trop vite.

Lorsque vous parlez, votre voix doit rester en vous, ne la laissez pas sortir, se projeter à l’extérieur, gardez la en vous et vous lui rendez sa force. Promenez là à l’intérieur de votre corps pour lui donner des variations et la faire résonner. Vous lui apporterez du grave.

Faites ce petit test, levez vous et redressez vous exagérément, il faut que vos deux omoplates se touchent presque. Présentez vous, dites une simple phrase, bien campé sur vos deux jambes, dos bien droit. Vous allez être surpris en découvrant une autre voix que celle que vous connaissez, celle que souvent vous n’aimez pas.

Cette autre voix nouvelle, la votre, était tout simplement emprisonnée dans une colonne d’air courbée, cassée.

  • Enregistrez-vous, même un très court temps, c’est un exercice formidable. Lisez un  court texte et écoutez-vous comme si vous ne vous connaissiez pas, vous serez surpris de découvrir ce qui vous plait et vous déplait dans votre voix. Corrigez-le.
  • Il ne faut jamais pousser sa voix mais la faire résonner. Nous avons des résonateurs, dans le visage particulièrement, il est important de les connaitre afin de faire résonner sa voix et de lui donner de la chaleur.

N’oubliez pas que La voix est une énergie, la votre. Lorsque vous parlez, écoutez vous parler et vous corrigerez de vous-même ce qui vous déplait.

  • Si vous aimez chanter, ne vous en privez surtout pas, le chant libère notre voix. Même du simple karaoké.
  • Mettez de l’ampleur et du volume dans votre voix, ne chuchotez plus.

La voix a la capacité de capter l’énergie présente en nous, il faut alors se concentrer sur cette énergie pour la faire passer dans notre voix.

IL faut ainsi conserver notre énergie vitale, notamment en évitant le bavardage et ainsi concentrer sa voix sur l’énergie conservée et accumulée.

Bon courage.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *