Comment l’art oratoire peut propulser votre carrière.

 jeudi 10 aout 2017

Notre  culture occidentale valorise l’écrit.

Dès l’école primaire, l’enfant est soumis à l’écrit. Il apprend péniblement à lire. Il doit écrire et encore écrire jusqu’aux dernières années d’enseignement supérieur et plus tard dans sa vie professionnelle.

 L’oral est délaissé. A quoi bon, nous savons tous parler,  pourquoi apprendre à parler ? Le langage n’est il pas le propre de l’homme ?

Chaque enfant a appris à parler en s’imprégnant des mots des autres, de sa mère d’abord, des siens ensuite, en écoutant, en répétant.

Et pourtant. La peur de répondre au professeur qui pose une question dont on connait  la réponse, le trac d’aller au tableau réciter sa poésie, et plus tard de présenter un exposé ou de parler en public ne sont liés qu’à ce manque d’apprentissage. A ce manque de pratique. On se repose sur ses acquis. Je sais parler qu’ais je le besoin d’apprendre comment parler.

Je sais parfaitement parler mais étrangement,  j’ai peur de faire ce que je sais parfaitement faire.

Il n’en a pourtant pas toujours été ainsi.

Bien parler s’apprend.

L’art de bien parler repose sur bien d’autres notions que celles du langage articulé acquis.

Être à l’aise à l’oral sous entend de ne pas éprouver un trac paralysant, d’avoir des choses à dire, de savoir classer ses idées, d’avoir une bonne mémoire, de savoir aussi convaincre, émouvoir et emporter l’adhésion de son auditoire. Cet art s’enseignait autrefois, il n’allait pas de soi.

L’art de bien parler est depuis toujours reconnu comme facilitateur de toutes nos relations : Un enfant difficile, un adolescent en crise, un patron acariâtre, un conjoint dominateur, des voisins bruyants, des collègues chicaneurs, la demande de crédit au banquier….

L’art de maitriser la parole peut nous faire venir à bout de bien des situations difficiles.

Nous sommes tous, dans notre vie quotidienne appelés à faire montre de nos talents oratoires. Et souvent, nous pensons que cela compte peu et même ne compte pas. Nous sommes persuadés que si nous parlions bien ou mieux, rien ne changerait ou si peu dans notre vie. Que l’on m’accepte comme je suis, je suis comme ça pense t’on.

Et pourtant. Combien de fois, dépités face à l’échec disons nous : «  Je n’ai pas su lui dire, je n’ai pas pu trouver les mots, j’aurai du répondre ça »

Si nous sommes bien souvent admiratifs de ceux qui parlent bien, c’est bien la preuve que ces derniers exercent une influence sur nous. Ils nous charment, nous séduisent et souvent arrivent à nous convaincre, parviennent à nous faire aller là où ne voulions pas aller.

La mauvaise nouvelle est que nous sommes soumis sans toujours en être conscients, à leur influence, à leur pouvoir, et ces bons orateurs peuvent nous amener là ou ils veulent et même quelquefois littéralement nous rouler dans la farine.

Qui ne s’est laissé berner par cet excellent vendeur d’aspirateur ou d’encyclopédie venu frapper à notre porte. Nous lui avions bien dit non, poliment, nous n’avions besoin de rien. Nous avions déjà un aspirateur et les encyclopédies, à l’heure d’internet, nous trouvions cela dépassé.

Et puis, une heure plus tard, nous étions comme ébahi, dans notre salon, nous demandant comment nous allions bien faire pour boucler notre budget avec ce gros achat, plutôt inutile,  dont le paiement s’étale pourtant sur plusieurs mois.

Que s’est il passé ? Le vendeur a utilisé les ressorts de la rhétorique. Il a appliqué une méthode, des techniques, et nous a laissé,  tel le papillon attiré par la lumière, tomber dans le panneau, séduit par le charme de la voix, des mots, du regard, de son écoute, de son charisme.

Demain, tous orateurs ?

La bonne nouvelle est que la connaissance de ces techniques pourra nous empêcher de tomber dans ces pièges et mieux, nous permettra de bouleverser favorablement notre vie et particulièrement notre carrière professionnelle, notre vie sociale ou amoureuse.

Quel que soit le domaine dans lequel nous travaillons, nous échangeons. Que nous soyons fonctionnaire, commerçant, artisan, indépendant, salarié ou profession libérale, nos affaires nécessitent des contacts et ces contacts sont souvent des contacts réels, des têtes à tête ou des réunions, au cours desquels nous serons jugés sur nos qualités oratoires.

Nos qualités oratoires dépendent de très nombreux facteurs :

  • L’hérédité : nos parents parlaient bien et attachaient de l’importance à l’art de bien parler ou l’inverse.
  • L’éducation : nous avons eu la chance d’aller dans d’excellentes écoles privées et nous avions alors des cours d’expression orale. Ou à l’inverse, nous avons grandi dans une banlieue à problème avec des enfants en grande difficultés maitrisant à peine le français.
  • Nos connaissances : nos relations influencent grandement nos qualités oratoires. Il a été démontré que nous sommes la somme de nos relations. Si nous fréquentons des gens qui s’expriment bien, cela nous affectera, comme l’inverse.
  • Nos Influences : nos recherches, nos appétences, nos interactions sociales ou autres vont aussi grandement influencer nos qualités oratoires.
  • Notre travail: nos efforts et notre entrainement si nous sommes attachés à progresser dans cette discipline.

Exemple : Nous sommes passionnés d’art oratoire et visionnons de nombreuses vidéos ou conférences sur le sujet, lisons des livres, suivons des formations….

Tous ces facteurs vont jouer sur la relation que nous entretiendrons avec l’art de bien parler.

Mais quoi qu’il en soit, il n’est jamais trop tard pour entreprendre et bien faire et nous pouvons dès aujourd’hui améliorer notre prise de parole.

L’apprentissage des seules techniques de base  nous permettra d’avoir une assise forte qui nous donnera d’emblée de la confiance et rendra notre parole plus audible.

Les autres ne vous regarderont alors plus comme avant, ils comprendront que quelque chose a changé en vous.

La connaissance ensuite d’autres chapitres tels que la respiration,  la maitrise du trac, la stratégie du moment, l’articulation, les recettes d’un bon contenu nous donneront une confiance plus grande encore et feront de nous un bon orateur.

Le bon orateur est celui qui maitrise 3 choses : le quoi, le quand et le comment.

Quoi dire, quand le dire, comment le dire.

Regardez autour de vous, tous ceux qui ont réussi ont une assez bonne expression orale.

Car une bonne expression orale est avant tout un marqueur social, elle dit de vous que vous êtes éduqué, que vous êtes doué et discipliné, et ainsi, vous vous voyez accorder davantage de crédit et de confiance.

Et comme on ne prête qu’aux riches, enrichir ses qualités d’orateur et charmer les oreilles et l’esprit des autres ne manqueront pas d’enrichir avant tout votre carrière professionnelle car comme le disait Mirabeau,  grand orateur : « L’homme est comme le lapin, il s’attrape par les oreilles ».

 FIN

Vous avez aimé cet article ? Commentez le ou partagez le

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *