“Le trac me fait perdre le fil de mes pensées”

“J’ai lamentablement échoué à mon examen pour cause de trac trop fort. Face à un jury de 4 personnes plutôt bienveillantes, j’ai très vite perdu le fil de mes pensées et suis devenu incapable de rassembler mes esprits. C’est comme si j’avais eu un grand trou noir, je ne me souvenais plus de rien; c’était comme une amnésie. Je connaissais pourtant très bien mon sujet”.

Guillemette, Vannes

 

Réponse :

Lors d’une prise de parole en public, qui plus est lorsqu’un enjeu fort est présent, avoir un minimum de trac est normal. C’est même plutôt positif. En effet, le trac vous permet de prendre conscience de la valeur que vous accordez à l’enjeu et ainsi de vous dépasser.

Exemple : C’est parce que mon cœur bat la chamade que je sais que je suis très amoureux de cette fille qui m’a donné rendez vous et doit arriver d’un instant à l’autre. J’aurai ainsi un comportement adéquat.

Il arrive cependant que nous éprouvions un trac paralysant, qui lui est négatif puisqu’il peut inhiber toute notre action en prenant toute la place. Ne reste plus alors que le trac et aucune place pour l’action. Dans ces cas, nous ressemblons un peu au lapin qui, surpris et effrayé par les phares de la voiture ne peut plus se sauver et s’arrête paralysé, se faisant alors écraser.

Que faire ?

Plusieurs choses. Avant tout savoir que le trac est naturel. Le savoir vous permettra de ne pas vous juger comme inférieur et incapable.

  • Ensuite posez vous des questions ? De quoi ais je peur ? que se passera t’il au pire ?
  • Sachez que ceux qui vous écoutent ne vous sont jamais hostiles, ils veulent au contraire entendre quelque chose d’agréable, alors pourquoi ne pas leur donner.
  • Ensuite, vous devez vous préparer. C’est très important. Il faut vous mettre dans les conditions du jour J, soit seul chez vous, soit avec des amis, répétez. Le jour J, votre cerveau ne fera plus la différence, il reconnaitra une situation vécue et la rejouera.
  • Soignez les détails physiques : pensez à bien vous hydrater avant de parler, car parler en situation de trac dessèche.
  • Redressez vous et soyez en regard constant avec votre auditoire, mais en distribuant le regard. Libérez votre dos, votre colonne d’air, redressée,  vous aidera à mieux placer votre voix.
  • Sachez que quel que soit le nombre d’individus auquel vous vous adressez, ce sont des individus séparés dans l’écoute. Chacun est seul en lui même, ils ne sont pas ensemble face à vous. Ce sont x individualités et non un bloc ou une masse.
  • Mettez du son : Parlez plus fort. Votre auditoire doit être dans un confort d’écoute. Il ne doit pas tendre l’oreille. De plus, élever le son, parler plus fort, chasse une partie du trac.
  • Parlez plus lentement : quand nous avons le trac, nous parlons comme une mitraillette, pressés de nous débarrasser de ce que nous voulons dire. Parlez plus lentement et vous serez alors plus détendu.

Enfin, entrainez vous à parler à des inconnus. C’est parce que nous ne nous entrainons pas que nous sommes tétanisés par la prise de parole en public. Notre quotidien nous fournit de très nombreux “cobayes” : le serveur, l’employé de tel administration, les voisins…..

Si néanmoins votre trac ne se calme pas, vous pouvez avoir recours à la méditation ou à la visualisation, particulièrement les jours qui précèdent l’épreuve.

Et si cela ne suffit pas non plus, les plantes peuvent vous aider, tout particulièrement les fleurs de Bach.

Pour conclure, sachez que notre trac n’est qu’un manque d’entrainement à la prise de parole, plus nous prenons la parole en public, moins nous avons peur de la prendre, cela est même très agréable pour les professionnels, alors vous savez ce qui vous reste à faire. Entrainez vous et saisissez toutes les occasions de prendre la parole en public, marchez sur votre peur et vous la vaincrez.

Bon courage.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *